Perte d’un proche : comment faire le deuil ?

0

La perte d’un proche est une épreuve difficile à laquelle nous sommes tous confrontés à un moment ou un autre de notre vie. La période de deuil est lourde à endurer, d’autant plus que chacun ne réagit pas de la même façon à un décès, les circonstances et les liens unissant l’endeuillé et la personne disparue n’étant pas systématiquement les mêmes. Voici quelques conseils pour vous aider à surmonter cette étape douloureuse.

deuil-etapes-conseils

Le deuil, qu’est-ce que c’est ?

Défini comme une réaction, un sentiment de tristesse ressentie suite à la mort d’un proche, le deuil est souvent associé à la souffrance. Cependant, il peut aussi être reconnu comme un processus de délivrance nécessaire. Aujourd’hui, ce terme est utilisé à tort et à travers, pour désigner la seule perte de quelque chose d’important. Pourtant, il existe bien un rapport avec la mort, ainsi le deuil est différent pour chacun selon la relation unique qui liait l’endeuillé et le défunt.

Le deuil se déroule en plusieurs étapes, c’est d’abord un choc émotionnel, relationnel et physique. Ensuite, un état de dépression intervient souvent pour terminer bien plus tard sur une restructuration, menant vers un soulagement, à l’aide de la naissance de nouveaux attachements.

Les étapes du deuil et la manière de les aborder

Accepter le décès de quelqu’un ne se fait pas facilement. Faire ce que l’on appelle le « travail de deuil » demande un véritable travail chronophage sur soi, en plusieurs étapes.

Le déni de la réalité

En premier lieu, on fait face au déni de l’événement survenu qui arrive comme une sorte de parade contre l’inévitable. C’est toute notre énergie qui se retrouve confrontée à une réalité, ce qui est tout à fait normal. Suite à cela, l’évidence parviendra à s’installer. Pleurer est important, et le faire avec vos amis et vos proches permet de favoriser les liens qui vous unissent en diminuant l’isolement. Accepter les aides proposées, assister à l’enterrement font partie des « rites » qui permettent de s’accoutumer à la séparation.

L’expression de la colère

Dans un second temps, une phase de colère ou de révolte prend place, comme un sentiment d’injustice. Des manifestations qui ont besoin de s’exprimer, de s’alléger, en cherchant le responsable du drame (les médecins, la société, soi-même etc.). Entourez-vous de vos proches, qui pourront vous écouter, vous réconforter, dans cette étape difficile à surmonter.

La dépression

Souvent, s’en suit une phase de dépression. Les conséquences de l’évidence s’installent et se traduisent par la fatigue, le chagrin, le repliement… C’est pour quoi il faut exprimer vos émotions. Mobilisez vos proches, ou encore des médecins spécialisés, des psychologues, des associations qui existent et qui peuvent vous aider. Chaque geste compte pour se reconstruire peu à peu, il ne faut pas se confiner dans ses émotions.

La reconstruction

Enfin, on arrive à la reconstruction. Cela prend du temps d’accepter l’absence de l’être aimé : c’est une expérience douloureuse. Ici encore, les associations spécialisées dans l’aide les endeuillés s’avèrent être une solution utile. Il ne faut pas cependant oublier de prendre du temps pour soi : c’est dans l’alternance d’être avec les autres et d’être avec soi même que naîtra petit à petit l’apaisement.

Conférence intégrale sur les dimensions du deuil

Nous vous conseillons cette vidéo, avec le psychiatre Christophe Fauré :

Leave A Reply